Zoom sur le métier d’opticien lunetier

Publié par

FICHE METIER : OPTICIEN LUNETIER

Un métier porteur qui vous permet de voir loin !

Cynthia Pedrosa – Fondatrice et Gérante
cpedrosa@cbp-socialconsult.fr – 01 61 08 63 90

Le premier cliché consiste à prendre l’opticien… pour un vendeur de lunettes. 

« Alors qu’en réalité, la vente n’est qu’une partie de notre activité ! », clament tous les professionnels.

« C’est un métier très polyvalent et en cela enrichissant », explique Benjamin, 24 ans, responsable d’un magasin Axe Optique à Nantes : il y a le côté commercial important, bien sûr, mais dans ce conseil il y a l’aspect santé et paramédical et l’aspect esthétique. Et puis, le métier comporte aussi une part de geste technique puisque nous devons faire le montage des verres dans l’atelier du magasin et ensuite, assurer tout le suivi administratif du remboursement par les mutuelles. »

(source : http://www.reussirmavie.net/Opticien-lunetier-une-formation-courte-pour-un-metier-porteur-qui-peut-mener-loin_a810.html)

Quelles qualités faut-il avoir ?

1 – Polyvalent

Le côté polyvalent du métier exige des qualités elles aussi très nombreuses : « Il faut notamment être manuel, très rigoureux, avoir des facilités pour les sciences et posséder le sens du commerce et du relationnel« , explique une opticienne.

2 – Précis et méticuleux

L’opticien-lunetier manipule avec précaution les verres qu’il présente à ses clients. Pour une démonstration de pose de lentilles de contact, il se montre également très pédagogue et délicat. Qu’elles soient manuelles ou mécanisées, les opérations de montage nécessitent des gestes précis et une grande minutie.

Au quotidien, il faut en en effet savoir tailler et monter les verres, gérer les stocks et les commandes mais aussi conseiller la clientèle sur le plan talent-jpgtechnique comme esthétique…

3 – Accueillant et convaincant

Même s’il vend un produit spécifique (ayant trait à la santé), il doit avoir la fibre commerciale pour assurer la rentabilité de son point de vente. Toujours prêt à renseigner le client ou à lui rendre service, il sait aussi lui vanter les mérites de tel ou tel article pour l’inciter à acheter.

4 – Le sens de l’esthétique

L’optien-lunetier tient compte de la forme du visage et de la couleur des yeux et des cheveux pour orienter ses clients vers tel type de monture. Il s’informe sur les tendances de la mode et sur les derniers progrès technologiques en termes de performance et de confort. Il apporte le plus grand soin à l’agencement de sa vitrine et de sa boutique.


Un parcours de formation accessible et court

8c067516-1c8e-4f90-bb82-ac77f4f5c6cd-1200Autre grand atout du métier d’opticien, le parcours de formation est simple et court.
Pour pouvoir exercer et donc être recruté par un magasin d’optique, il faut détenir le BTS opticien-lunetier.

Un bac pro Otique lunetterie
Il existe aussi un bac professionnel Optique lunetterie que l’on peut préparer en trois ans après la 3ème dans un lycée professionnel ou un CFA (en apprentissage).  Il donne accès à des postes de monteur de verres en atelier ou d’assistant dans les boutiques d’optique. Les très bons dossiers peuvent aussi postuler pour poursuivre en BTS. Des débouchés portés par le vieillissement des Français et le manque d’ophtalmologues.

Un métier porteur en lien avec le vieillissement de la population et le manque d’ophtalmologues

La plupart des opticiens-lunetiers débutent en tant que salariés dans un magasin ou un centre mutualiste. Le secteur est en plein essor et les besoins en personnel qualifié ne cessent de croître avec le vieillissement de la population, l’apparition de nouvelles pathologies, mais aussi la multiplication de points de vente par les grandes enseignes.
Les jeunes diplômés n’auront pas de difficultés à s’insérer sur le marché de l’emploi. Après le BTS Opticien Lunetier, 90 % des étudiants d’EOL longue-vue-dessinintègrent le monde de l’entreprise dans les 3 mois qui suivent l’obtention de leur diplôme.

Selon l’Institut supérieur d’optique (ISO), établissement privé préparant au BTS dans plusieurs villes de France, 84% des étudiants diplômés trouveraient un emploi dans les 3 mois suivant l’obtention de leur diplôme.

Les magasins d’optique sont en effet très nombreux dans nos métropoles, même si le premier emploi peut être plus long à trouver dans les petites villes ou les zones rurales. Les apprentis, eux, ont l’avantage d’avoir déjà deux ans d’expérience et peuvent être embauchés dans le lieu où ils ont fait leur apprentissage.

Mais surtout, le marché de l’optique bénéficie du vieillissement de la population et de la raréfection des ophtalmologistes. Résultat : en octobre 2016, un décret a étendu le rôle de l’opticien dans la délivrance des verres correcteurs et des lentilles de contact. Il peut désormais fournir et adapter un « équipement optique » à partir d’une ordonnance durant cinq ans au lieu de trois ans (comme l’y autorisait la loi de puis 2007). Et il peut aussi délivrer un équipement sans ordonnance en cas de perte ou de bris de verres « lorsque l’urgence est constatée et en l’absence de solution médicale adaptée ».

Le côté paramédical du métier est donc renforcé, d’autant que de nouvelles spécialisations sont apparues.


D’autres débouchés que le magasin d’optique

  • Les professionnels de l’optique peuvent aussi trouver d’autres débouchés qu’en magasin :
    – Dans l’industrie de la lunetterie et de l’optique. Ils peuvent occuper des postes techniques ou commerciaux chez des fabricants de verres ou de lunettes.
    – Certains peuvent s’orienter vers le design et la création de modèles de lunettes
    – D’autres peuvent devenir enseignants et formateurs.

Poursuite d’étude

filleecritOn peut aussi poursuivre ses études, notamment en faisant une licence professionnelle, formation d’un an après le BTS qui permet d’acquérir une spécialisation supplémentaire en contactologie (verres de contact), optométrie (mesure et correction de la vision), ou basse vision

Il est possible de poursuivre ses études jusque 5 ans post bac dans cette même école pour apprendre les techniques de management, de communication ou de marketing international, afin de viser un poste de direction ou de créer son entreprise.

Des écoles privées comme l’ISO proposent aussi des bachelors qui permettent de se spécialiser dans le management, ou le design et la création de lunettes comme le bachelor lunetier créateur dispensé par l’nstitut supérieur d’optique (ISO).

Les plus entreprenants peuvent même ouvrir ou reprendre leur propre boutique, ce qui exige des qualités de gestionnaire et même de manager pour animer et faire tourner son équipe… à moins qu’ils ne créent leur propre concept de vente en ligne ou leur startup.

« N’hésitez pas à contacter l’équipe CBP pour faire un point sur votre carrière, vos centres d’intérêts, aptitudes, compétences transférables etc…
Ce métier peut éventuellement vous correspondre ! »
Cynthia Pedrosa
Fondatrice et Gérante
cpedrosa@cbp-socialconsult.fr
01 61 08 63 90
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :

Cet article a été écrit par Cynthia Pedrosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *